Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

L' ARBRE Muriel Jack

Le 23 octobre 2016, 17:09 dans Humeurs 50

Tant et tant d' arbres sur la terre

Et moi je n' en possède aucun

Grande, grande est ma misère

Pas un arbre ne m' appartient

Je n' en voudrais qu' un seul

Un seul qui soit le mien.

Un arbre centenaire

fidèle comme un chien

 

Un arbre au tronc tordu

Où s' accroche le lierre

Un arbre dans le vent

A l' angle d' un chemin

Un arbre tout mouillé

Par une pluie d' orage

Un arbre dans la foudre

Qui le frappe au visage

Un arbre dans la neige

Tout frémissant d' hiver

Un arbre avec du ciel

bleu au travers des branches

Un arbre avec des nids

Et d' abeilles et d' oiseaux

Un arbre dans le jour

Dans la nuit, dans l' amour

Un arbre où j' attendrai

Longtemps que tu reviennes.

                                 Muriel Jack

 

Bonsoir mes amies,

Une belle journée qui se termine avec des rayons de soleil et une tempèrature très douce pour la saison,

Bisous du soir. 

 

L' Aurore s' allume Victor Hugo

Le 8 septembre 2016, 12:34 dans Humeurs 37

 L'aurore s'allume ; 

L'ombre épaisse fuit ; 
Le rêve et la brume 
Vont où va la nuit ; 
Paupières et roses 
S'ouvrent demi-closes ; 
Du réveil des choses 
On entend le bruit.


Tout chante et murmure, 
Tout parle à la fois, 
Fumée et verdure, 
Les nids et les toits ; 
Le vent parle aux chênes, 
L'eau parle aux fontaines ; 
Toutes les haleines 
Deviennent des voix !

Je suis toujours à Marseille, j' aurais dû amener mon tricot de nouvelles abonnées parlent de leurs ouvrages et ça me donne envie, mais je suis partie dans la précipitation et n' y ai pas pensé. Je vous souhaite une bonne journée à toutes. bisous

LES FENÊTRES

Le 29 août 2016, 17:41 dans Humeurs 17

 

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.

Par-delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.

Si c’eût été un pauvre vieux homme, j’aurais refait la sienne tout aussi aisément.

Et je me couche, fier d’avoir vécu et souffert dans d’autres que moi-même.

Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? » Qu’importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m’a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose 1869 

 

Bonsoir, je n'ai pu obtenir des nouvelles de Kcann, je le regrette. 

Ne vous inquiétez pas si vous ne me voyez pas mettre de com, je suis rentrée hier de Corrèze, pour repartir demain à Marseille, ma fille s'est cassée le 5ème métatarse du pied, elle ne peut marcher qu'avec des cannes anglaises et de ce fait ne peut promener ses quatre chiens alors je vole à son secours ! Je vous souhaite une bonne soirée, bisous à toutes.

Il en manque un !

 

Voir la suite ≫